Débat sur les mesures contre les chômeurs le 1er avril à 20h à Saint Josse

ECOLO Saint Josse vous invite à un débat sur

"Les mesures contre les chômeurs : le point et les actions pour résister"

Limitation à 3 ans de certaines allocations, augmentation des contrôles et exclusions, diminution des montants, allongement du stage d’attente,.... Le gouvernement Di Rupo a touché durement les demandeurs d’emploi !

Publié le vendredi 14 mars 2014

Quelles actions sont proposées pour résister ?

Avec :

  • Zoé Genot, Députée fédérale ECOLO
  • Khadija Khourcha, CSC Bruxelles
  • Daniel Richard, FGTB Verviers
  • Yves Martens, Collectif Solidarité contre les Exclusions

Présidé par Ahmed Mouhssin, député régional ECOLO

le mardi 1er avril à 20h

à la Salle Péristyle de la Nouvelle Ecole - Place Saint Josse (face à l’église)

La crise a touché durement la Belgique. Le gouvernement Di Rupo a touché durement les chômeurs.

En 2003, le ministre socialiste Vandenbroucke a annoncé un plan de lutte contre le chômage, d’accompagnement des demandeurs d’emploi et la fin du pointage. Derrière ces beaux mots, s’est caché un système de contrôle systématique qui a provoqué la privation temporaire ou définitive des allocations dans plus de 800 000 cas.

Depuis la crise s’est amplifiée. Trouver un emploi est encore plus difficile. Mais le gouvernement Di Rupo a décidé d’intensifier les sanctions : +42% en 2012, de diminuer plus vite et plus fort les allocations (dégressivité), d’allonger la période sans revenu des jeunes, de contrôler les personnes avec plus de 33% d’inaptitude (sourds, aveugles…), les 50-60 ans, les travailleuses et travailleurs à temps partiels avec complément ONEM…Et dans quelques mois en 2015, 50 000 personnes (chefs de famille, isolés ou cohabitants) perdront tout car ils ont plus de 3 ans de chômage.

Faire exploser la pauvreté ne résoudra aucun problème, au contraire ! Les verts ont forcé le débat de l’exclusion des chômeurs au parlement et refusent de voir les plus faibles payer la crise bancaire : c’est injuste et inefficace. De l’emploi : oui, de l’accompagnement ou de la formation : oui. De l’exclusion : non !

Flyer :

PDF - 415.9 ko

Merci à nos intervenants et au public venu nombreux !