Quand la commune brade son patrimoine à un heureux locataire

Ce lundi 4 juillet, au conseil communal, le bourgmestre Emir Kir et sa majorité ont décidé de permettre la vente d’une maison communale rue Botanique.

Publié le jeudi 7 juillet 2016

La maison contient un appartement de 2 chambres, un appartement de 5 chambres, une cour et un jardin (447 m2 en surface brute, sans le jardin et la cour).

Le bourgmestre a argumenté la vente sur la volonté de la commune de permettre à un de ses locataires de devenir propriétaire.

Les Verts ont soulevé divers arguments :

  • Les familles de plus de 5 personnes mal logées sont nombreuses : est-il judicieux de se défaire d’un appartement 5 chambres ? A l’heure où les listes d’attente s’étirent, nous souhaitons voir le nombre de logements publics accessibles proposés augmenter, et non diminuer.
  • Sur base de quell(s) critère(s) ce locataire en particulier a la possibilité d’acheter son logement et celui de son voisin ? Pour les écologistes, il est primordial que tous les tennoodois soient traités à égalité : est-ce que tous les locataires communaux ont maintenant le droit d’acheter leur logement (et celui de leur voisin) ? Ou est-ce qu’il s’agit d’une faveur spéciale à ce locataire, ce qui serait tout à fait inacceptable ?
  • Le prix demandé par la commune, 290 000 euros, parait très favorable au candidat acheteur - et défavorable à l’ensemble des tennoodois, actuels propriétaires du bien.

A toutes ces questions, Emir Kir a répondu qu’aucun critère particulier ni objectif n’était établi par la Commune et qu’il faisait du cas par cas. Inacceptable !

Les écologistes tennoodois ont donc refusé le principe de la vente de ce bien et demandent à la commune d’abandonner ce projet, une fois de plus mal ficelé et clientéliste.