Saccage de la Chaussée de Louvain : la saga continue…

La saga de la chaussée de Louvain, renommée trop temporairement hélas « Walking Madou », pourrait connaitre une nouvelle étape : le Bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode, Emir Kir, farouche opposant au projet et la Ministre bruxelloise de la mobilité, Brigitte Grouwels, initiatrice du piétonnier, auraient conclu un accord visant au rétablissement de la circulation automobile - mais en sens unique - dans la Chaussée, et au passage des voitures vers le centre-ville et des transports en commun dans les deux sens par la rue Scailquin. Un permis d’urbanisme en ce sens devrait être déposé sous peu.

Publié le mercredi 13 mars 2013

ECOLO-GROEN Saint-Josse dénonce cette « pseudo-solution » qui, non seulement abandonne le projet d’une Chaussée de Louvain rendue aux piétons, mais ignore surtout toute la problématique du trafic de transit dans les rues étroites de la commune.

Selon Frédéric Roekens, conseiller communal Ecolo-Groen, le Bourgmestre de Saint-Josse a pris soin de laisser le projet temporaire du Walking Madou péricliter, laissant les habitants de la rue Scailquin subir tout le transit contrairement à ce qui était. Emir Kir a ensuite annoncé une consultation qui s’est révélée être une réunion visant à entériner ce que ce dernier a toujours annoncé avec force : avec lui, exit le Walking Madou.

La mise en oeuvre du nouveau projet qualifié de « compromis » pose beaucoup de questions : Comment gérer ces bus descendants devant croiser les flux de voitures ? Qu’adviendra-t-il de la station-service dont la suppression est réclamée depuis des années ? Comment organiser une gestion optimale du parking ?

Outre ces problèmes de mobilité, le nouveau projet ignore également l’enjeu économique du piétonnier Chaussée de Louvain. Pour rappel, le projet initial de piétonnier avait, en parallèle à son objectif de mobilité durable, pour but de relancer l’activité dans cette rue commerçante qui a vu le nombre de passants quotidiens diminuer de 12 000 en 2009 à 10 000 en 2011, dégringolade qui a été freinée grâce au Walking Madou. La reprise de la circulation dans la Chaussée risque de provoquer à nouveau une baisse considérable de la fréquentation de cette rue. De plus les 8000 passagers des bus descendants ne seront pas tentés par ces commerces… et les 1350 voitures descendantes risquent moins de flâner.

Dès lors, selon Zoé Genot, tête de liste des Verts de Saint-Josse, le nouveau permis d’urbanisme envisagé, rétablissant la circulation automobile Chaussée de Louvain, ne présent qu’un point positif : l’élargissement des trottoirs. Pour le reste, il dénote un statu quo révélateur d’un manque patent d’ambition pour nos citoyens et l’absence de position pionnière en matière d’espaces réservés aux piétons.

Ce nouveau projet est donc jugé inacceptable pour ECOLO-GROEN Saint-Josse, qui réclame depuis des mois l’élaboration solution globale aux problèmes de mobilité dans la commune et dans le quartier de l’axe Louvain-Scailquin en particulier.

La circulation à Saint-Josse représente un énorme défi. seuls 43 % des ménages de Saint-Josse disposent d’une voiture. Il est donc crucial de permettre aux piétons, cyclistes, enfants, personnes âgées, poussettes de pouvoir se déplacer facilement et en sécurité dans notre commune. Le projet de Walking Madou a permis à de nombreux citoyens de se projeter dans une commune avec des espaces publics où l’on peut flâner, les enfants courir, les terrasses se déployer, le cinéma s’installer dans la rue, ...

Le plan initialement prévu dans le premier permis d’urbanisme prévoyait que la Chaussée de Louvain serait uniquement ouverte aux piétons et aux transports en commun. Ceci devait être complété par la mise en place de sens uniques dans les petites rues du bas de Saint-Josse, afin de décourager le trafic de transit, et la redirection de la circulation venant de la Place Meiser vers des grands axes. Ce projet permettait d’améliorer drastiquement la qualité de vie des habitants du quartier, tout en fournissant une solution alternative aux automobilistes se rendant dans la capitale.

ECOLO-GROEN demande à Mme Grouwels et à M. Kir, d’assumer leurs responsabilités et d’utiliser tous les moyens disponibles pour dévier les automobilistes arrivant de l’autoroute de Liège-Leuven et se dirigeant vers le centre de Bruxelles via Saint-Josse. Mme Grouwels doit tenir ses promesses et supprimer les panneaux d’indication « Centre » qui envoient toute la circulation de la E40 sur la commune de Saint-Josse et travailler sur l’installation de feux de signalisation Chaussée de Louvain pour répartir la charge du trafic sur toute la Chaussée entre la Place Meiser et Madou. M. Kir doit quant à lui remanier d’urgence le plan communal de mobilité pour éviter la circulation de transit qui se répand dans les petites rues, et travailler à diminuer la vitesse dans ces rues ainsi qu’à sécuriser leur utilisation par les piétons. Le travail de la police locale devra lui aussi être suivi pour que les bandes soient respectées.

Pour les Verts, il est urgent d’enfin doter l’entièreté de la commune d’un vrai plan de mobilité, faisant la part belle aux habitants et à leur qualité de vie, plutôt qu’aux automobilistes qui traversent la commune sans jamais s’y arrêter…

Zoé Genot, députée fédérale et conseillère communale Ecolo-Groen Saint-Josse

Frederic Roekens, gemeenteraadslid Ecolo-Groen Sint-Joost