Programme 2018 : Cohésion sociale

       3. Cohésion sociale : une commune pluraliste, des citoyens solidaires !

L’action sociale de proximité ne peut pallier les faiblesses de la sécurité sociale fédérale. Toutefois, les actions locales sont souvent plus adaptées aux réalités. Pour Écolo-Groen Saint-Josse, l’action sociale, ce n’est pas dépenser l’argent dans des fêtes sans autre but que de changer les idées aux gens une fois par an. C’est construire une société inclusive et solidaire au quotidien dont chacun est sujet et acteur.

L’action locale se doit d’être cohérente et concertée afin que les exclusions ne s’enchaînent pas. Aujourd’hui, l’action sociale communale se réduit trop souvent à une aide sociale. La prise en charge des problèmes (logement, emploi, revenus, alphabétisation, …) est morcelée. Pour Écolo-Groen, l’action sociale ne peut être confinée aux missions d’un seul échevin ou du seul CPAS mais doit faire l’objet d’une attention de l’ensemble des politiques menées par la Commune, du logement à la culture en passant par l’emploi.

Les citoyens concernés sont par ailleurs trop rarement considérés comme des acteurs de leur propre avenir. La politique actuelle est trop réactive, axée principalement sur la recherche de solutions a posteriori alors qu’une place primordiale devrait être laissée à la prévention. Chez Écolo-Groen, nous savons que les acteurs sociaux sont davantage en manque de moyens que de ressources. À Schaerbeek, par exemple, le CPAS s’est appuyé sur les ressources des allocataires pour faire un groupe de décoration à domicile : fierté du travail accompli et intérieurs plus agréables sont au rendez-vous, avec une nette amélioration du bien-être de tous à la clé ! Des groupes de danses ou des ateliers artistiques permettent de révéler des talents ou simplement d’être plus en forme.

La cohésion sociale, l’harmonie et le respect de tous ne se décrètent pas ; ils résultent d’un ensemble d’actions à préciser et adapter périodiquement en fonction des situations des groupes plus fragiles ou des situations de tension sociale qui surgissent. Les candidat.e.s de la liste Écolo-Groen proposent de mener des actions spécifiques pour les personnes âgées, les personnes à mobilité réduite, la lutte contre l’exclusion sociale et d’accorder une attention soutenue aux difficultés rencontrées par les habitants du quartier Nord, particulièrement touchés par la pauvreté et les problèmes annexes, tels que la mendicité et la prostitution.

Nos propositions pour une commune solidaire, où chacun trouve sa place et se sent bien :

  • Créer une Maison des associations partagée et cogérée par celles-ci (voir également le point 8. Culture) ;
  • Créer un Musée des migrations ;
  • Encourager et soutenir les associations de quartier et les groupements d’habitants, dont les actions seront ouvertes à tous, en vue de regrouper les citoyens de Saint-Josse indépendamment de leur origine, langue, culture, religion, etc. ;
  • Faciliter l’organisation de fêtes de rues, notamment par le prêt de matériel ;
  • Encourager les initiatives visant à balayer les préjugés notamment racistes, sexistes, homophobes, etc. ;
  • Lutter contre la fracture numérique.

Accueil des primo-arrivants

Pour Écolo-Groen, il est primordial que les primo-arrivants puissent bénéficier, dès leur installation dans la commune, d’une information claire, complète et dans une langue qu’ils comprennent sur l’ensemble des services rendus aux citoyens par les autorités communales ainsi que sur les possibilités de cours de langue, formations, modalités d’inscription de leurs enfants à l’école … Une intégration réussie dans la société d’accueil passe par une compréhension de celle-ci. Le parcours d’intégration au niveau régional ne peut suffire pour la personne qui a décidé de s’installer à Saint-Josse.

Nos propositions :

  • Développer un kit d’information pour les primo-arrivants à Saint-Josse en plusieurs langues et prioritairement celles des nationalités s’installant majoritairement dans la commune et développer des synergies avec les communes voisines, notamment Schaerbeek, en termes de traduction par exemple ;
  • Organiser une journée d’accueil des primo-arrivants et de toutes les personnes domiciliées au cours de l’année dans la Commune, au cours de laquelle le fonctionnement de la Commune sera expliqué aux nouveaux habitants qui pourront poser toutes leurs questions à l’administration ;
  • Soutenir les associations offrant des formations d’alphabétisation ou de français/néerlandais langue étrangère et encourager les primo-arrivants, tout spécialement les femmes, à participer à ces formations, notamment par la mise à disposition d’une garderie.

Reconnaître aux aînés leur place dans la société

Écolo-Groen Saint-Josse veut aussi offrir à tous les citoyens, et surtout aux plus fragiles d’entre eux, une Commune où chacun se sente à sa place et puisse décider de celle-ci malgré les difficultés de déplacement ou la perte d’autonomie. Il est aussi vital de lutter contre le sentiment de solitude, souvent bien réel, que vit la grande majorité des aînés. Un tissu de relations sociales doit donc être développé pour que chacun trouve à s’épanouir, en fonction de ses possibilités et de ses besoins. À Saint-Josse, l’arrivée au grand âge d’un nombre important de personnes issues de la première génération d’immigrés met au défi les structures d’aide et d’accueil de répondre efficacement et humainement aux demandes de personnes de cultures différentes.

Nos propositions

  • Soutenir le Conseil consultatif des aînés et le consulter systématiquement dans l’élaboration et la mise en œuvre de l’ensemble des politiques communales pertinentes (aménagement du territoire, développement de services à domicile …) ;
  • Développer des activités du type “La Maison de la Famille” via une ASBL communale : services et repas à domicile, rencontres, permanences sociale et juridique, … ;
  • Aider à l’aménagement du domicile afin d’y favoriser la vie en autonomie et le soutien ambulatoire ;
  • Etablir un vrai projet d’accompagnement des personnes âgées résidant en home ou chez elles ;
  • Apporter une réelle attention aux besoins particuliers des seniors issus de l’immigration (brochures d’information dans les langues qu’ils comprennent, chaines de télévision dans ces langues, nourriture adaptée, …) ;
  • Encourager les petites structures locales offrant leurs services aux personnes âgées ou portant des projets de rencontres intergénérationnelles notamment avec les écoles ;
  • Développer des activités culturelles, sociales et sportives adaptées aux besoins et envies des aînés ;
  • Informer les seniors sur les activités culturelles, sociales et sportives qui se déroulent dans la commune et rendre ces informations attrayantes ;
  • Aménager le territoire de façon à ce que les piétons et personnes éprouvant des difficultés à se déplacer (fauteuil roulants, voiturettes, …) puissent se réapproprier l’espace public et inciter au respect du Code de la route ;
  • Renforcer une police de proximité à pied ou à vélo, à toutes les heures et dans tous les quartiers, afin de favoriser le sentiment de sécurité des aînés.

Les moins valides

Le respect de tous passe évidemment par l’adaptation des lieux et des pratiques aux besoins des personnes qui souffrent d’un handicap afin que celui-ci ne les freine pas dans leur vie sociale et leur autonomie. Beaucoup reste à faire, en concertation avec les personnes concernées qui sont les mieux placées pour préciser ce qu’il y a lieu de changer.

Nos propositions

  • Réaffirmer l’engagement de la Commune de Saint-Josse à respecter la Charte communale de la personne handicapée et l’ensemble de ses principes et obtenir un label tel le label Handicity ® ;
  • Fixer un quota de travailleurs et travailleuses handicapé.e.s au sein de l’administration communale, tous postes et secteurs confondus (ouvriers, enseignants, etc.) et respect de ce quota ;
  • Créer un Conseil consultatif des personnes à mobilité réduite (PMR) et personnes souffrant d’un autre handicap (aveugles et malvoyants, …), outil indispensable pour connaitre et comprendre les besoins des personnes handicapées et agir efficacement en conséquence ;
  • Aménager les accès aux bâtiments et aux transports en commun (cela fait 2 ans qu’Écolo-Groen réclame le changement de la porte d’entrée de la maison communale, trop lourde pour être ouverte par les personnes moins valides ou les personnes âgées !)
  • Adapter le site internet et les publications communales pour les personnes malvoyantes (gros caractères) ;
  • S’assurer de la formation des agents communaux aux normes d’accessibilité PMR prévues dans le Règlement régional d’urbanisme afin de pouvoir contrôler la bonne réalisation des aménagements ;
  • Former certains agents communaux à la langue des signes ;
  • Augmenter les possibilités de l’administration permettant aux personnes qui ont des difficultés à se déplacer de réaliser les démarches administratives seules et de concentrer leurs déplacements pour des rencontres vraiment utiles ;
  • Sensibiliser les commerçants aux difficultés d’accès des PMR.

CPAS et précarité : Nos propositions

  • Fournir une bonne information sur les droits et procédures de chaque citoyen et améliorer la communication sur le suivi des dossiers ;
  • Développer les « Article 60 » qui permettent de reprendre contact avec le milieu du travail, faire bénéficier d’une formation dans les domaines porteurs sur les marchés de l’emploi et retrouver le droit aux allocations de chômage et assurer un suivi après cette période de mise à l’emploi ;
  • Améliorer l’accueil des usagers et le soutien au personnel de première ligne ;
  • Renforcer les synergies entre les services sociaux communaux et entre ceux-ci, le CPAS et les autres acteurs et actrices de la société civile (infirmières de rue, housing first, coordination sociale, coordination santé, coordination logement …) ;
  • Rendre effectives la transparence et la publicité des débats de politique générale du CPAS. Le huis clos ne doit s’appliquer qu’aux discussions visant les situations des personnes, pas aux questions politiques ;
  • Garantir une meilleure protection juridique des usagers. Par exemple, les recours doivent être suspensifs tant que les procédures ne sont pas terminées ;
  • Renforcer la Cellule spéciale de lutte contre le surendettement, améliorer la communication entre celle-ci et les autorités communales et travailler en synergie avec les politiques menées à d’autres niveaux de pouvoir ;
  • Obliger les supermarchés à donner leurs invendus (plutôt que les détruire), notamment aux associations en prévoyant cette clause dans le renouvellement des permis d’exploitation ;
  • Soutenir l’épicerie sociale et solidaire EPISOL et les initiatives visant à récupérer la nourriture consommable et à lutter contre le gaspillage alimentaire ;

Soutenir les initiatives citoyennes visant à créer du lien social et à aider les plus démunis (Beescoop, ADES, …).

Share This