Programme 2018 – Ecoles, enseignement et jeunesse

  1. Écoles, enseignement et jeunesse : l’avenir de notre commune !

La place des enfants et des jeunes dans la société, leur éducation et leur développement font partie de nos préoccupations prioritaires. Les enfants et les jeunes sont notre avenir. Nous voulons respecter l’enfant, sa créativité, son autonomie, sa capacité d’entrer en relation avec autrui. Nous voulons que les jeunes puissent se sentir acteurs de leur destin et s’investir dans la construction de leur avenir. Écolo-Groen Saint-Josse propose une politique d’accueil globale, structurée et accessible à tous les enfants et une politique orientée vers la jeunesse qui soit inclusive et stimulante. En particulier, les candidats et candidates écologistes souhaitent miser sur des écoles citoyennes et de qualité, pour tous. Outre le programme détaillé ci-dessous découvrez aussi notre réponse à la FAPEO .

Petite enfance : une commune « enfants admis »

Écolo-Groen Saint-Josse souhaite travailler à la mise en œuvre de tous les moyens capables d’éveiller et d’épanouir tous les aspects de la personnalité de l’enfant. Cet épanouissement commence dès la petite enfance. À Saint-Josse, cependant, les efforts consentis sont largement insuffisants et mènent à des pénuries de places dans les crèches et écoles qui pourraient encore s’aggraver en l’absence d’actions rapides et adaptées à l’augmentation démographique.

Alors que Saint-Josse compte énormément d’enfants, il y a un manque criant de structures d’accueil en dehors de l’école et pendant que les parents sont au travail : les places dans les crèches sont trop rares et les gardien.ne.s d’enfants encadré.e.s  trop peu nombreux/nombreuses. Les cinq crèches communales francophones comptabilisent 171 places d’accueil et la crèche néerlandophone peut accueillir 31 enfants. Les crèches et gardien.ne.s privé.e.s peuvent accueillir 62 enfants et une crèche « halte d’accueil » 36 enfants, soit au total 300 places pour les 0 à 2,5 ans alors que la commune compte bien plus d’enfants de cet âge. Créer de nouvelles places d’accueil pour les tout-petits est donc primordial. La commune, en concertation avec les autres niveaux de pouvoir, doit tout mettre en œuvre pour ouvrir davantage de lieux d’accueil disposant d‘un personnel qualifié (qualité, contrôles ONE / Kind en Gezin, …).

Grandir passe aussi par le jeu. Les plaines de jeux gérées par la Commune sont trop rares et pour celles qui existent, elles sont dans un état parfois calamiteux (plaine Saint-François jugée dangereuse par les services de l’inspection !). Leurs heures d’ouverture ne correspondent pas aux besoins et les enfants se trouvent souvent obligés de jouer dans la rue. Pour Écolo-Groen Saint-Josse, l’espace public doit aussi pouvoir leur être ouvert pour jouer en toute sécurité, par le biais d’un règlement ouvrant des rues aux jeux.

Enseignement fondamental : l’école de la réussite, pour tous

Écolo-Groen est convaincu que l’enseignement fondamental doit mener chaque enfant au maximum de ses possibilités et de son épanouissement, par un encadrement qui favorise l’expression de sa créativité et son apprentissage. Saint-Josse compte cinq écoles communales maternelles et primaires francophones : la Nouvelle École (place Saint-Josse), l’école Henri Frick (rue Braemt), l’école Joseph Delclef (rue Potagère), l’école Arc-en-ciel (rue de l’Abondance), l’école des Tournesols (rue Saint-François) et une école néerlandophone : Sint-Joost-aan-Zee (rue de la Limite) et son annexe, la Wijkafdeling (rue Braemt). La commune compte également trois écoles primaires du réseau libre : la Sagesse Philomène (rue Potagère), les Dames de Marie (chaussée d’Haecht) et le petit « Saint-Louis » (rue de Verviers). Cependant, les places disponibles dans ces infrastructures sont loin d’être suffisantes et de nombreux locaux ne répondent pas aux critères de qualité que les enfants et leurs parents sont en droit d’attendre. La Nouvelle École attend depuis des années le remplacement de ses classes en préfabriqué par de vrais locaux. Une nouvelle promesse a été faite au début de la dernière législature, en 2012. Six ans plus tard, rien n’a changé ! L’extension de l’école Henri Frick est également toujours au stade de l’étude et celle de Sint-Joost-aan-Zee n’a pas encore débuté !

Écolo-Groen est persuadé que l’école de la réussite doit, à Saint-Josse en particulier, compter des élèves de tous milieux et de toutes origines sociales et culturelles. La mixité est gage d’enrichissement et d’apprentissage de la société multiculturelle qui caractérise notre commune. Il s’agit également de mettre l’accent sur l’apprentissage de la langue de l’enseignement (français ou néerlandais) dès le plus jeune âge et de manière adaptée. Vivre à Bruxelles, c’est également connaitre l’autre, sa langue et sa culture. C’est pourquoi Écolo-Groen souhaite promouvoir les activités bilingues où élèves francophones et néerlandophones se rencontrent ainsi que les cours de langue parlée à la maison (turque, arabe, espagnol, roumain …), car bien maitriser sa langue maternelle est indispensable pour mieux apprendre celle de l’enseignement.

Enfin, les Verts soutiennent l’école comme un lieu d’apprentissage de la démocratie qui puisse éveiller les enfants à leur avenir de citoyen-ne-s autonomes, démocrates et responsables.

École secondaire : Saint-Josse mérite mieux !

La commune est le pouvoir organisateur du Lycée Guy Cudell (rue de Liedekerke), seule école de l’enseignement secondaire à Saint-Josse. Le Lycée a connu des heures sombres et ses nombreux manquements ont été constatés par la Fédération Wallonie-Bruxelles (absentéisme non signalé des professeurs, comptage des élèves falsifié, attribution des heures de cours à certains professeurs de manière non justifiée, …). La dernière législature n’a amélioré ni son fonctionnement (direction soutenue puis délaissée) ni son image (saga du port de l’uniforme). La Commune doit prendre ses responsabilités et mette en place une équipe de direction motivée et apte à sauver cette école moribonde. Une fois reparti sur de bonnes bases, le Lycée doit également pouvoir accueillir un enseignement de type général de qualité qui fait cruellement défaut à Saint-Josse.

Activités pour les enfants jusque 12 ans et jeunesse

Selon nous, les projets pédagogiques ne s’arrêtent pas à la sortie de l’école !Ils doivent pouvoir être poursuivis au travers du soutien de lieux parascolaires et d’activités associatives, tels les écoles de devoirs ou les plaines de jeux.

Pour accueillir les plus âgés, il existe à Saint-Josse deux clubs de jeunes (le Clou, rue Godefroid de Bouillon et le Caveau, rue du Chalet) proposant principalement des activités récréatives et occupationnelles. Le service de la jeunesse manque cependant cruellement de structuration, de projets à moyen terme et d’objectifs citoyens à long terme. La rotation du personnel, trop élevée, en est l’un des symptômes. Les animateurs employés par la Commune au sein des maisons de jeunes, des plaines de jeux ou comme éducateurs de rue, travaillent sans véritable projet. Cette politique “improvisée” gère le quotidien sans perspective à long terme.

Les demandes d’Écolo-Groen de faire reconnaître ces maisons de jeunes par la Fédération Wallonie-Bruxelles ont été systématiquement refusées par le Collège. Chaque année dès lors, des subsides sont perdus et des activités mises à mal faute de moyens dédiés à la jeunesse. Ceci est inacceptable ! Nous habitons une Commune où les moins de 25 ans comptent pour une part très importante de la population et il faut que cette partie de la population puisse également s’épanouir et se développer.

Écolo-Groen Saint-Josse veut que la Commune se donne les moyens d’une véritable politique de la jeunesse et d’éducation qui puisse ouvrir, pour chaque jeune, de réelles perspectives d’avenir.

Nos propositions pour une politique éducative et de la jeunesse tournées vers l’avenir et le développement personnel :

Petite enfance

  • Créer un Guichet Enfance pour aider les parents dans toutes leurs démarches et les centraliser ;
  • Soutenir la parentalité et les groupes d’échanges entre parents comme la Maison rue Verte ;
  • Construire de nouvelles crèches, tant francophones que néerlandophones, pouvant répondre aux besoins de la population tennoodoise ;
  • Ouvrir une crèche du soir et accroître les possibilités d’accueil pour les parents travaillant avec des horaires atypiques (milieu médical, nettoyage, grande distribution…) ;
  • Ouvrir une halte-garderie supplémentaire pour accueillir les enfants temporairement (le temps de participer à une formation, un entretien d’embauche ou de subir une intervention médicale, …) ;
  • Informer sur et encourager les demandes d’agrément des gardien.ne.s d’enfants encadré.e.s ;
  • Pour favoriser l’accès des enfants aux jardins publics, former les gardien.ne.s de parc à l’animation pédagogique, adapter les horaires d’ouverture des parcs gérés par la commune et demander à l’IBGE l’ouverture plus tardive de ses parcs et selon un horaire adapté aux vacances scolaires ;
  • Augmenter les animations pour les tout-petits, notamment dans les parcs (contes, bibliothèques, …) ;
  • Accueillir la diversité en facilitant l’accès aux activités pour les enfants en situation de handicap ;
  • Encourager la fréquentation de l’enseignement maternel : c’est la garantie de la sociabilisation des enfants dès leur plus jeune âge et la prévention du décrochage scolaire qui existe parfois dès les premières années de l’école primaire !

Enseignement fondamental

  • Créer des projets pilotes visant à la mixité sociale et culturelle dans les classes scolaires : réunir et structurer des groupes de parents d’enfants d’une même classe d’âge pour les convaincre d’inscrire, ensemble, leurs enfants dans les écoles de Saint-Josse. Une expérience similaire a été menée avec succès par la communauté flamande à l’école Sint-Joost-aan-Zee, avec un résultat très positif ;
  • Encourager et favoriser l’obtention de subsides pour des activités ciblées, tels le soutien de logopèdes, psychomotriciens, les cours de langue parlée à la maison ou la création d’ateliers théâtre, de potagers, sites Internet, etc. et soutenir des écoles pour l’utilisation complète des budgets d’accrochages scolaires;
  • Valoriser les projets actuellement menés (spectacles, publications, …) ;
  • Dépolitiser effectivement les recrutements et les promotions des enseignants et de leur direction : c’est une garantie essentielle pour une école motivée et de qualité ;
  • Encourager et soutenir les associations de parents et favoriser leur implication dans le Conseil de participation afin de redynamiser celui-ci ;
  • Soutenir les enseignants afin de garantir leur motivation et favoriser le maintien de bons enseignants dans nos écoles, notamment par le biais de rencontres, d’échanges d’expérience et de formations continuées. L’affectation des enseignants est d’importance et il faut proposer la bonne place à la bonne personne ;
  • Créer plus de place dans les écoles communales, francophones et néerlandophones ;
  • Reconstruire la « Nouvelle école » de la place Saint-Josse dans le cadre d’un projet d’écoconstruction (énergie, récupération des eaux, peintures non allergisantes, etc.). Ceci est une de nos priorités ;
  • Assurer la gratuité réelle de l’accès à l’enseignement fondamental, notamment par le don de fournitures scolaires en cas de nécessité. Cette gratuité est un droit pour tous les enfants, y compris les enfants des personnes sans papier ;
  • Soutenir les écoles de devoirs et étendre le dispositif de soutien scolaire existant sur le modèle du programme de tutorat scolaire.
  • Améliorer la publicité pour les écoles de devoirs pour que chacun sache à qui s’adresser en cas de difficultés ;
  • Sur le plan du personnel, améliorer la gestion globale (pour toutes les écoles communales) des équivalents temps pleins des écoles, en vue d’obtenir de l’encadrement supplémentaire pour soutenir les élèves en décrochage ;
  • Encourager et soutenir les contacts entre élèves francophones et néerlandophones de la commune et d’autres villes (visites, correspondances, activités sportives, …). Créer des activités de rencontres et d’immersion en français ou en néerlandais ;
  • Maîtriser et utiliser intelligemment les nouvelles technologies de l’information et de la communication, par le biais de la formation continuée des enseignants et l’achat de matériel pédagogique adéquat. L’informatique est une ouverture des enfants sur l’avenir qui doit leur être rendue accessible ;
  • Centrer les efforts sur l’acquisition de la langue parlée à l’école mais également sur la langue parlée à la maison (des subsides existent !). De nombreux élèves des écoles de Saint-Josse ne parlent ni le français ni le néerlandais à la maison ;
  • Encourager et soutenir les activités de bénévoles (retraités notamment) au sein des écoles dans le cadre de projets culturels et pédagogiques (théâtre, lecture, contes, etc.) ;
  • Promouvoir les sorties extrascolaires : théâtre, musées, sensibilisation à la protection de l’environnement et de la santé, ouverture au monde extérieur, avec, si nécessaire, une aide financière aux parents en difficulté pour que tous les enfants puissent y participer ;
  • Faire homologuer les plaines de vacances organisées par la commune par l’ONE afin que les parents puissent bénéficier de leur remboursement (ce qui n’est plus le cas actuellement car l’agrément leur a été retiré !) et s’assurer que les activités proposées soient de qualité et pas simplement occupationnelles ;
  • Améliorer la coordination des intervenants sociaux attachés à la ZEP (Zone d’éducation prioritaire) et aux centres psycho-médico-sociaux (centres PMS) de manière à renforcer les liens entre eux et à accroitre l’efficacité de leur travail ;

Enseignement secondaire

  • Élaborer un plan de sauvetage pour remettre sur pied le Lycée Guy Cudell. La priorité ira à une direction disposant des capacités et des qualités nécessaires pour faire repartir l’école sur de bonnes bases et pérenniser sa présence à Saint-Josse. À long terme, rétablir un enseignement général de qualité à l’école ;
  • Renforcer les services de médiation scolaire et de tutorat en vue de la réussite des études afin de permettre à chacun d’être diplômé à 18 ans. Ceci vaudra pour tous les jeunes de la commune, qu’ils fréquentent ou non le Lycée Guy Cudell, qu’ils étudient en français ou en néerlandais ;
  • Informer les étudiants sur les filières de métiers qualifiés en pénurie de personnel les plus aptes à leur faire décrocher un emploi ;
  • Inclure des modules sur la communication non-violente et sur l’éducation à la vie affective et sexuelle dans le cursus scolaire.

Activités pour nos enfants jusqu’à 12 ans

  • Soutenir l’organisation par la commune d’un accueil “après l’école” en concertation avec tous les acteurs (écoles de tous réseaux, académies, écoles de devoirs, associations sportives et culturelles, …) ;
  • Prolonger les ateliers créatifs pour enfants en dirigeant les enfants vers les académies de musique et des Beaux-Arts, les théâtres, etc. ;
  • Développer un projet extrascolaire d’apprentissage de la langue de l’enseignement dès la plus petite enfance pour favoriser la maîtrise du français ou du néerlandais par tous les enfants de Saint-Josse au terme de l’enseignement fondamental ;
  • Permettre aux enfants d’exercer leur rôle de citoyen par la mise en place d’un Conseil communal des enfants doté d’un budget propre ;
  • Organiser et soutenir des projets de rencontres d’enfants avec les “métiers” exercés à Saint-Josse, telle la manifestation « Place aux enfants » ;
  • Soutenir et développer l’offre d’accueil extrascolaire existante et chercher les subsides pour proposer des activités complémentaires ;
  • Soutenir la maison des enfants (« Méli Mélo ») et développer des synergies entre celle-ci et la bibliothèque, les académies, faciliter l’accès des enfants à la piscine, …

Jeunesse

  • Soutenir et encourager la participation effective des jeunes à l’ensemble de la vie sociale, notamment par le biais des clubs de jeunes ;
  • Terminer enfin les rénovations des deux clubs de jeunes de la commune;
  • Obtenir l’agrément « maisons de jeunes » par la Fédération Wallonie-Bruxelles pour les clubs de jeunes afin qu’ils reçoivent des subsides en vue de développer et mener à bien leurs activités ;
  • Établir une Maison de jeunes pour les 18-25 ans cogérée par les jeunes afin de leur permettre d’intervenir dans les projets pédagogiques et d’être acteurs de leur quotidien ;
  • Faire en sorte que les maisons de jeunes soient également des maisons de l’emploi aidant ceux qui le souhaitent à trouver des stages, des contrats d’étudiants et à se préparer à leur premier emploi ;
  • Favoriser le multiculturalisme et la diversité dans les maisons de jeunes par des activités communes et des rencontres ;
  • Élaborer et coordonner des projets et activités visant à l’éducation à la multiculturalité, à la sensibilisation artistique et, à terme, préparer les jeunes à une citoyenneté active ;
  • Assurer la formation des animateurs et des animatrices pour qu’ils inscrivent l’ensemble des activités, ludiques, artistiques, sportives, etc., dans ce projet global ;
  • Veiller à ce que les clubs de jeunes ouvrent leurs activités aux jeunes de toute origine et à la promotion de la participation des filles à ces activités ;
  • Développer l’information et la formation citoyenne des jeunes, notamment par la création d’un journal des jeunes de 14 et 18 ans et/ou l’attribution d’une double page dans le Joske pour les sensibiliser à la chose publique ;
  • Mettre sur pied un Conseil consultatif des jeunes et rendre sa consultation obligatoire sur les sujets qui intéressent la jeunesse ;
  • Créer un espace “Jeunes” dans la Jazz Station pour les éveiller aux différentes musiques ;
  • Promouvoir une politique des loisirs et des sports qui subventionne davantage les activités parascolaires régulières, y compris artistiques, que ce soit ou non dans les infrastructures communales et permet une meilleure utilisation des espaces communaux (parcs et piscine communale ouverts selon des horaires adaptés pendant les vacances scolaires, …) ;
  • Réduire la fracture numérique en proposant des cours d’informatique et notamment de recherches internet et de traitement de texte ;
  • Former les acteurs du secteur de la jeunesse et les recruter auprès des jeunes.

 

 

Share This