Programme 2018 : Mobilité, propreté, Environnement, espaces verts 

  1.  Mobilité, propreté, Environnement, espaces verts : développement durable à Saint-Josse !

Mobilité

57% des ménages tennoodois n’ont pas de voiture mais les rues de Saint-Josse sont embouteillées et polluées. Ce trafic incessant est, en majeure partie, dû aux voitures transitant par la commune ! Ceci a des conséquences immédiates sur le bien-être et la santé de nos concitoyens.

Les nuisances liées à la voiture sont nombreuses :

– insécurité en rue, accidents avec blessés, pollution, bruits, stress, bouchons… ;

– dépenses publiques importantes et régulières pour remettre les voiries en état ;

– réduction de la mobilité des piétons et des cyclistes : parking sauvage, difficulté à traverser certaines artères, particulièrement avec une poussette ou un fauteuil roulant, …

Pour Ecolo-Groen Saint-Josse, la route doit être accessible à tous et en toute sécurité, en particulier pour les usagers faibles !

Les zones 30 autour des écoles, pourtant obligatoires, n’ont été placées qu’après de nombreuses demandes d’Ecolo-Groen et une condamnation de la Commune! La majorité a refusé d’étendre les zones 30 sur le territoire (alors que Bruxelles et Schaerbeek l’ont accepté !) et les accidents dus à la vitesse et parfois graves sont nombreux.

Le « Grenelle de la mobilité », promis de longue date, n’a jamais vu le jour et le quartier Nord a été purement et simplement oublié du plan de mobilité ! Ce dernier promeut encore le « tout-à-la-voiture » sans tenir compte d’un partage intelligent de la route et des modes alternatifs de déplacement.

Le parking est également un énorme problème : les résidents qui ont besoin de leur voiture ne peuvent plus se garer le soir en rentrant chez eux. Dans le même temps, le parking Scailquin qui dépend de la Commune pratique des tarifs inabordables et laisse une centaine de places inutilisées ! 6 000 places sont inoccupées quotidiennement en dehors des heures de bureau dans les parkings privés et la Commune autorise les riverains des autres Communes (Bruxelles et Schaerbeek) à se garer à Saint-Josse ! Ça suffit !

Une mobilité pour tous, cela signifie aussi que l’on améliore et facilite le déplacement des personnes à mobilité réduite : personnes âgées, personnes handicapées, personnes se déplaçant avec des jeunes enfants. Trop souvent, les bâtiments ne leur sont pas aisément accessibles. Toutes les voiries doivent être réaménagées pour assurer des déplacements aisés et en sécurité et les bâtiments publics doivent être rendus accessibles à tous.

La Commune doit également promouvoir les modes de transports alternatifs (covoiturage, voitures partagées, vélo, transports en commun), l’usage de voitures électriques, du LPG ou d’autres carburants de déplacement moins polluants pour les véhicules communaux et l’usage du vélo pour les agents communaux. Le Bourgmestre doit montrer l’exemple : se déplacer en voiture à Saint-Josse est un non-sens ! C’est ensemble que nous gagnerons ce pari de réduire l’impact de la voiture et de choisir un autre mode de transport, plus convivial, plus souple, plus sûr et qui pollue moins. Ceci luttera contre la pollution de l’air et contribuera à l’amélioration de la qualité de vie en ville.

Qualité de l’air et nuisances sonores

Moins et mieux de circulation auront également un impact sur d’autres nuisances : l’air de mauvaise qualité et le bruit.

Sur les 10 points de mesure de la présence de particules fines et la qualité de l’air à Saint-Josse, 5 dépassent les normes légales autorisées par l’Union européenne et toutes sont supérieures à ce qui est considéré comme non dangereux pour la santé ! Une vraie politique de mobilité doit être adoptée pour faire en sorte que l’air redevienne respirable pour les Tennoodois, en particulier les enfants !

Outre les avions, la principale source de bruit en ville est l’usage intensif des voitures, surtout en soirée et la nuit.

Une réglementation adéquate doit limiter les niveaux sonores autorisés et une information claire et précise doit être accessible à tous. La Commune doit effectuer des contrôles plus intensifs du niveau sonore des véhicules et veiller au respect strict des normes de bruits pour les exploitations bruyantes par nature (entreprises, salles de fêtes, boites de nuit, terrasses, …). Les nombreuses plaintes des riverains du quartier Nord et de la chaussée de Louvain à ce sujet illustrent combien ces nuisances ont un impact sur la qualité de vie.

Propreté et qualité de vie

À Saint-Josse comme partout, l’enjeu environnemental et énergétique est devenu central, d’un point de vue économique, écologique et de santé publique. Les changements climatiques, la hausse du prix de l’énergie, les trous dans la couche d’ozone et la sécheresse sont autant de graves symptômes de la dégradation de notre environnement planétaire.

Il importe que chacun participe à sa mesure aux changements nécessaires pour inverser cette tendance et s’orienter vers un développement économique qui ne compromette ni notre santé ni celle de nos enfants. Les pouvoirs publics, communes en tête, ont un rôle primordial de modèle et d’incitant à jouer dans ce cadre.

Ces changements interviennent dans la vie de tous les jours et nécessitent d’abord et avant tout une information adéquate et une éducation permanente de l’ensemble de la population. S’ils sont accompagnés et encouragés, ils ne sont pas des contraintes mais des habitudes qui œuvrent à améliorer notre cadre de vie ainsi que des opportunités de développement économique.

La Commune doit montrer l’exemple et aller au-delà de ce qui est imposé par la législation : nous voulons que la commune participe aux actions de l’IBGE pour gérer l’administration de manière écologique, notamment en développant le mouvement lancé par la labellisation « écodynamique ». Ceci passe par une prise en compte systématique de la composante écologique et environnementale dans toutes les actions de la commune, tels les achats courants (papier recyclé, équipements électriques peu énergivores, produits de nettoyage écologiques …) mais également la (re)construction de bâtiments communaux (emploi de bois d’origine européenne et labellisé, installation de panneaux solaires/photovoltaïques, utilisation rationnelle de l’énergie pour l’éclairage et le chauffage, installation de citernes d’eau de pluie et utilisation de celle-ci à des fins non alimentaires, …), la gestion du personnel (formation des agents communaux aux techniques écologiques de construction, innovation et entretien, …) et la politique développée pour les habitants de Saint-Josse (plan de mobilité, information et octroi de primes, …). La Commune doit, à terme, faire en sorte que ces actions soient reconnues par l’attribution d’un label de management environnemental.

Mais avant toute chose, la commune doit enfin terminer l’inventaire de l’amiante présente dans les bâtiments communaux, comme le prévoit la réglementation !

Nos propositions pour une mobilité fluide, une meilleure qualité de vie et une commune propre et respectueuse de l’environnement :

Mobilité

  • Rendre l’espace public accessible à tous : systématisation des trottoirs rabaissés, des plans inclinés, des pistes cyclables et des passages pour piétons à des endroits stratégiques et non dangereux ; trottoirs dégagés pour les poussettes et fauteuils roulants; environnement sécurisé pour les personnes malvoyantes, … ;
  • Revoir le plan de mobilité de manière à privilégier les résidents et l’étendre à l’ensemble de la Commune, en collaboration avec Schaerbeek et Bruxelles ville ;
  • Instaurer des zones 30 dans les petites rues de la Commune ;
  • Mieux renseigner les parkings par le biais de fléchages visibles et pertinents ;
  • Développer un plan de stationnement qui prenne en compte l’ensemble des besoins des commerces, des habitants et des entreprises.
  • Favoriser l’accès des habitants aux parkings privés la nuit et participer à une agence de parking régionale ;
  • Promouvoir les itinéraires cyclables et installer des zones de stationnement pour vélos près des arrêts de bus et de métro, dans les zones d’activités économiques ou de loisirs, … ;
  • Installer les abribus à tous les arrêts pour permettre de s’asseoir et de se protéger du vent et de la pluie ;
  • Prévoir des facilités pour le personnel communal qui se rend au travail à pied ou à vélo ;
  • Donner des incitants aux citoyens rendant leur carte de stationnement de voiture (chèque vélo, abonnement de bus, …) ;
  • Éduquer les enfants à la sécurité routière ;
  • Permettre aux enfants et aux piétons et cyclistes de se réapproprier les rues sans danger.

Propreté

  • Promouvoir la donnerie de Saint-Josse (ReSTICler) afin que les objets encore utilisables retrouvent une nouvelle vie ;
  • Poursuivre l’installation de poubelles sur la voie publique – en veillant à ce qu’elles ne soient pas utilisées pour les déchets ménagers – et promouvoir l’utilisation des sacs poubelle de tri ainsi que du parc à conteneurs (déchetterie) ;
  • Installer des toilettes publiques et des urinoirs urbains, modernes et bien entretenus et les implanter en particulier aux endroits stratégiques (gare du Nord, station de métro, …) ;
  • Installer systématiquement des toilettes dans les parcs publics ;
  • Simplifier la collecte des encombrants pour les Tennoodois par l’envoi des photos des biens à enlever (actuellement il faut prendre 2 rendez-vous !) ;
  • Placer des bulles à verre souterraines dans tous les quartiers ;
  • Amplifier les campagnes de sensibilisation à la propreté, à la réduction des déchets et au tri-recyclage ;
  • Promouvoir le compostage à domicile et les composts collectifs ;
  • Intensifier la prévention des incivilités par le biais de campagnes d’information et de promotion des solutions alternatives (donnerie, parc à conteneurs, enlèvement à domicile …)
  • Intensifier la lutte contre les comportements inciviques qui dégradent gravement le cadre de vie (dépôts clandestins, affichage sauvage, …) et les sanctionner effectivement en parallèle à une campagne d’information et de sensibilisation ;
  • Dératiser les quartiers envahis, en particulier le quartier Nord ;
  • Mener une politique cohérente et volontariste pour éradiquer les déjections canines (canisites, bornes de propreté, contrôle, …) ;
  • Insister sur l’interdiction de tout nourrissage des pigeons, notamment par le biais de campagnes d’information.

Comportements écologiques et énergie

  • Diminuer drastiquement la consommation d’énergie fossile des bâtiments communaux, y compris les écoles. Prendre des mesures d’isolation (double ou triple vitrage, toitures, châssis, dessous des portes) et le placement de toitures vertes, de panneaux solaires/photovoltaïques et de chaudières à condensation, éventuellement par des formules de tiers investisseurs ;
  • Établir un registre des bâtiments communaux et des aménagements à effectuer dans ceux-ci en vue de leur utilisation et de leur gestion écoresponsable ;
  • Utiliser systématiquement des produits écologiques, labellisés, recyclés, etc. au sein des structures communales ainsi que pour les travaux de construction et de rénovation du patrimoine communal ;
  • Insérer systématiquement des clauses sociales et environnementales dans les marchés publics communaux ;
  • Afin que l’administration communale soit un modèle en la matière, créer une « écoteam » de fonctionnaires spécialisés dans le domaine de l’environnement et formés à toutes les facettes du développement durable ;
  • Informer les citoyens des travaux pouvant mener à des économies d’énergie et encourager ces comportements au moyen de primes. En particulier :
    • Poursuivre l’encouragement au placement de chauffe-eau solaires ;
    • Poursuivre l’encouragement à l’emploi de l’eau de pluie à des fins non alimentaires ainsi que l’utilisation de puits existants,
    • Instaurer une prime pour l’installation de toitures vertes, qui sont obligatoires au-delà de 15m² ! ;
  • Lors de la construction de nouveaux immeubles, imposer un réseau d’égouts séparé pour l’eau de pluie ;
  • Maintenir un maximum de surfaces perméables sur le territoire communal pour lutter contre les inondations ;
  • Inscrire les enjeux écologiques, énergétiques et climatiques dans la déclaration de politique générale de la Commune.

Espaces verts

  • Installer des fontaines d’eau potable et des toilettes dans les parcs ;
  • Assurer l’entretien régulier des espaces verts communaux et leur gestion écologique pour un maximum de biodiversité ;
  • Mettre à la disposition des habitants des terrains communaux inoccupés pour en faire des jardinets de quartier et collectifs, promouvoir la verdurisation des intérieurs d’îlots et l’horticulture biologique ;
  • Créer, éventuellement avec Schaerbeek et Bruxelles-ville, une Maison de la nature en ville afin de sensibiliser au développement durable et informer sur les actions concrètes et les primes disponibles ;
  • Entretenir le patrimoine vert communal d’avenues et de rues arborées, replanter systématiquement des arbres là où ils disparaissent et les protéger ;
  • Promouvoir les jardinets et potagers urbains ainsi que les plantes grimpantes en façade, notamment par le biais d’informations données aux habitants sur la biodiversité en ville et la distribution de graines ou de jeunes plants ;
  • Fleurir systématiquement les espaces libres, en concertation avec les habitants des quartiers ;
  • Installer des potagers urbains ou des espaces verts sur les toits des logements sociaux et associer les habitants à leur entretien ;
  • Accroître la place laissée à la verdure sur les zones de parking, dans le cadre d’une réflexion plus globale sur la mobilité ;
  • Valoriser et protéger les jardins dans les îlots intérieurs. Soutenir et informer les habitants pour un entretien écologique permettant la diversité des plantations, la gestion des arbres, etc. ;
  • Développer les parcs d’intérieur d’îlots accessibles à tous en journée ;
  • Installer des nichoirs à oiseaux et chauves-souris, des maisons à insectes et des ruches didactiques sur les bâtiments ou dans les parcs et permettre aux élèves des écoles d’être sensibilisés à la biodiversité en ville et au rôle fondamental des abeilles.
Share This