Elodie Cornez

Elodie est active dans l’association des habitants de la rue Traversière. Adepte de la verdurisation des pieds d’arbre, elle re-décore aussi les trottoirs avec des mosaïques. Elodie souhaiterait une plus grande implication des citoyens dans les choix de la commune, une mobilité douce et de la bonne gestion pour une commune où il fait bon vivre.

  1.     Qu’est-ce qui te plait à SJTN?

Indubitablement, la vie de quartier. J’ai habité plusieurs communes bruxelloises en 20 ans de vie à Bruxelles et SJTN est la seule commune où j’ai rencontré des voisins de tous horizons et de toute culture qui sont devenus des amis avec qui on partage les bons plans comme les coups de gueule ; où la babysitter est la voisine rencontrée un jour de fête de rue ; où d’un projet de verdurisation des rues naissent une fête de quartier, un projet de sécurité routière et on espère bien plus encore. SJTN est aussi particulièrement bien située au cœur de la ville, ce qui facilite la vie au quotidien pour une cycliste comme moi.

  1.     Qu’est-ce qui t’a donné envie de rejoindre Ecolo-Groen SJTN ?

Ecolo-Groen SJTN prône et applique au quotidien des principes de bonne gouvernance, de justice sociale et de qualité de vie, éléments qui me tiennent particulièrement à cœur. Au quotidien toutefois, ces éléments font défaut dans notre belle commune de St-Josse. Après des années d’engagement citoyen, il m’a semblé utile de sauter le pas et de m’engager plus avant avec Ecolo-Groen SJTN qui rassemble un ensemble de personnes mus par les mêmes idéaux et l’envie de faire avancer SJTN vers plus de justice et plus de vert.

  1.     Quelles sont les propositions d’Ecolo-Groen SJTN que tu voudrais défendre plus particulièrement ?

Une mobilité douce : Les rues Traversière et Tiberghien-Gillon forment de grandes lignes droites. Klaxons en tout genre et rodéos automobiles avec parfois des accidents graves y sont notre lot quotidien. Il suffit de se remémorer cette photo qui a beaucoup circulé début d’année d’une voiture sur un plot de circulation à l’angle des rues Potagère et Tiberghien. On a eu cette fois-là énormément de chance qu’aucun enfant n’attendait là pour traverser. Les petites rues où les enfants circulent au quotidien doivent offrir une mixité de moyens de transport avec du respect pour chacun.

De la bonne gouvernance : c’est insoutenable de se dire que les subsides auxquels la commune aurait droit retournent dans les caisses de la Région ou n’arrivent jamais jusqu’à la commune faute de bonne gestion, que des emplois sont attribués sans ouverture publique de postes… comment alors être sûrs qu’en tant que citoyens, nous sommes servis par les personnes les plus à mêmes d’assurer ces tâches ?

Share This