Ci-dessous quelques nouvelles des travaux du Conseil communal de ce mercredi 10 février 2021 et un aperçu de l’apport de vos conseiller.e.s Ecolo-Groen. Bonne lecture !

Un conseil peu volumineux en points apportés par le Collège mais de nombreuses questions de notre part ! À la clef, trois heures de débat avec des hauts et des bas.

 

Le groupe Ecolo-Groen interpelle le Collège sur les points suivants :

 

1. Le chantier dans les rues du Vallon et Hydraulique et ses conséquences catastrophiques ce lundi 8 février

Pascal Lemaire, choqué comme tout un chacun par l’écroulement d’un mur de la rue du Vallon en raison du chantier qui s’y tient depuis des mois, rappelle qu’il avait interpellé le Collège au sujet de ce chantier en mai 2020, puis en juin 2020 et encore en janvier 2021, demandant un meilleur contrôle de la sécurité des travaux.

Pascal Lemaire a demandé en urgence lundi au Bourgmestre de faire procéder immédiatement à une inspection du chantier.  Il demande également de clarifier  l’historique des interventions communales sur le chantier, la situation actuelle et les mesures qui seront prises dans le futur.

Le Collège répond qu’il n’y a plus de danger à l’heure actuelle et que le chantier est arrêté. Le Bourgmestre indique que des travaux de stabilité devront être rapidement menés et invite les habitants à faire valoir leurs droits auprès de leurs assurances.

Pascal Lemaire remercie également les fonctionnaires communaux pour leurs actions rapides ce lundi.

2. L’absence de déneigement des voiries communales en ce lundi neigeux

Pauline Warnotte note que suite aux chutes de neige de lundi et mardi, les voiries communales n’ont été dégagées qu’à partir de mardi et seulement pour certaines d’entre elles. Or, l’acquisition d’une déneigeuse avait été prévue en 2016. Celle-ci n’a pas été aperçue en action. Elle demande donc si cette acquisition (pas moins de 195.000 EUR, dont 60.000 EUR de subsides régionaux) a été finalisée. Elle souligne par ailleurs qu’outre l’appel fait aux habitants à déneiger leurs trottoirs, les autorités devaient veiller au déneigement des trottoirs devant les bâtiments publics, ce qui a pris beaucoup de temps. Elle remercie enfin le personnel communal qui a procédé à l’épandage avec du matériel rudimentaire mais rappelle que le sel est nocif pour le personnel qui le manie et pour les sols et les eaux dans lesquelles il se déverse. Qu’en est-il des alternatives à Saint-Josse ?

Le Collège indique qu’un épandage de sel a eu lieu lundi soir et mardi. Pour la déneigeuse, elle était en panne ce lundi (étonnant dès lors que l’achat inclut un contrat d’entretien de 5 ans…). Pas de réponse sur le sel.  À suivre : il semble peu compréhensible que la commune ne soit pas préparée à affronter l’hiver.

3. Les bons d’achat et les primes au logement dans le cadre de la crise COVID

Élodie Cornez interpelle le Collège au sujet du nouveau calendrier envisagé pour la distribution des bons d’achat pour les habitants. Il avait été prévu qu’ils soient distribués aux citoyen.ne.s à partir du 14 décembre 2020. Elle demande également comment les demandes spécifiques du groupe Ecolo-Groen relatives à la distribution de ces chèques seront rencontrées (apport à domicile pour les personnes âgées ou fragiles, ajout d’une carte des commerçants locaux ainsi que remise des chèques non-réclamés aux bénéficiaires de l’aide médicale urgente).

Le Collège nous répond que les chèques seront distribués quand l’Horeca rouvrira. Distributions en quatre lieux en fonction du nom de famille des habitant.e.s. Pour les personnes ne pouvant venir chercher leurs chèques elles-mêmes, un numéro de téléphone sera mis à disposition et les chèques seront alors portés à domicile. Élodie Cornez insiste pour que ce numéro soit accessible facilement et non pas uniquement sur un site web ou sur un réseau social.

Le Collège nous indique qu’une carte des commerçants participants sera annexée aux chèques.

Le Collège ne répond pas à la question de savoir ce qui sera fait des chèques restants. Une opportunité manquée !

Élodie Cornez demande par ailleurs si les aides aux logements pour les locataires de logements de propriétés communales, des HBM et de l’AIS ont bien été versées et si oui, où peuvent s’adresser nos concitoyen.ne.s. en cas de problème.

Le Collège indique que deux approches ont été choisies :

  • un non-paiement d’une partie du loyer d’août par les locataires communaux, ou
  • un paiement en numéraire pour ceux qui n’auraient pas souhaité ce système ou pour les locataires des HBM et de l’AIS. Ce versement a eu lieu fin janvier 2021 (pour les HBM et l’AIS, il pourrait y avoir un décalage dès lors que les sommes ont été versées à ces institutions qui doivent les reverser aux locataires). Pour ceux qui n’auraient pas perçu leur prime, le Collège demande qu’ils s’adressent au département des logements communaux ou à l’AIS ou aux HBM en fonction de leur situation respective.

4. Les Tensions dans le quartier nord : la prévention, victime de la COVID

Pascal Lemaire intervient sur le contexte général de violences dans le Quartier Nord et particulièrement sur la politique de prévention menée dans cette partie de la commune. Il rappelle avoir déjà interpellé le Collège en 2019 sur l’omniprésence des trafiquants de drogue et sur les tensions existant entre certains habitants du quartier et les forces de l’ordre. Il a rappelé avoir demandé à l’époque quelles mesures d’apaisement et d’accompagnement social seraient mises en place pour rétablir une atmosphère plus pacifique dans le quartier.  Il indique que cette question reste d’actualité aujourd’hui et demande, loin des questions judiciaires, quelles mesures spécifiques ont été prises par les services de prévention pour maintenir le contact avec les habitants du Quartier Nord afin de lutter contre de la délinquance et pour assurer le lien entre habitants et services de sécurité (pompiers, policiers et ambulanciers…).

Le Collège répond quasi exclusivement sur la question du judiciaire et renvoie les questions vers le Conseil de police. Le groupe Ecolo-Groen trouve les réponses décevantes et fait part une nouvelle fois de ses inquiétudes concernant l’abandon du quartier.

5. Soutien au dépistage du diabète dans nos quartiers

Malika Mhadi interpelle le Collège pour que la commune de St-Josse se joigne aux efforts des communes de Bruxelles, Anderlecht et Molenbeek-Saint-Jean pour le dépistage du diabète, maladie silencieuse, sous-diagnostiquée mais très présente dans nos quartiers où la population est particulièrement à risque, la précarité étant un facteur aggravant.

Le Collège indique être préoccupé mais préfère attendre que les instances supérieures agissent concrètement au niveau du dépistage. Le Collège nous annonce toutefois une ribambelle d’actions d’informations, utiles certes, mais largement insuffisantes pour le groupe Ecolo-Groen.

6. Situation des étudiants victimes de la COVID

Se joignant à une interpellation sur le sujet, Jean-Michel Muhire rappelle que le groupe Ecolo-Groen avait demandé il y a quelques mois que les étudiants soient exemptés de la taxe de seconde résidence et que des lieux d’étude soient mis à leur disposition.

Le Collège indique ne pas être opposé à l’idée de l’exemption de la taxe même si cela lui semblait inapproprié en son temps. Pour les lieux d’étude, le Bourgmestre indique que des solutions ont été trouvées mais les étudiants concernés nous rapportent l’inverse. À suivre…

 

Le Conseil communal passe en revue les points suivants :

 

1. Indexation des tarifs pour la délivrance de documents administratifs

La commune indexe les tarifs de délivrance des documents administratifs aux nouveaux tarifs du SPF Intérieur. La partie communale demeure gratuite.

Le groupe Ecolo-Groen soutient cette gratuité.

2. Travaux aux immeubles Mérinos/La Sagesse

Élodie Cornez interroge le Collège au sujet de ce dossier en rappelant son long historique : la commune avait acheté l’immeuble rue du Mérinos en 2002 avec obligation de faire des travaux de séparation entre les bâtiments Mérinos et de la Sagesse. En novembre 2019, un architecte avait été désigné sous menace judiciaire dès lors que 17 ans avaient passé sans aucune mise en œuvre de cette obligation.

Aujourd’hui, le Collège présente le marché de travaux au Conseil. Enfin !

Élodie Cornez demande ce qu’il en est de la procédure judiciaire. Le Collège nous répond que la procédure a été écartée pour le moment et espère qu’elle n’ira pas plus loin puisque les travaux sont entrepris.

Le groupe Ecolo-Groen estime que si ce dossier n’avait pas tant traîné, des menaces judiciaires n’existeraient pas ! Ce dossier doit servir d’avertissement pour tous les autres dossiers où la commune accuse d’énormes retards.

3. Comptes 2019 des Fabriques d’Église Sainte-Marie et Saints-Jean-et-Nicolas

Le conseil se voit présenter les comptes en boni de ces Fabriques d’Église. Légalement, les communes sont tenues de supporter leurs déficits, ce sont donc des bonnes nouvelles pour la commune.

4. Plan de pilotage de l’école communale fondamentale La Nouvelle École

Zoé Genot se réjouit du fait de disposer d’un tel plan de pilotage qui, après un diagnostic des difficultés rencontrées, guide l’école vers des actions de remise sur les rails. Elle en soulève ainsi les points positifs. Toutefois, elle regrette que le plan semble être un plan « standard » qui n’a que peu été adapté aux besoins spécifiques de l’école. Il reprend en effet les mesures classiques de ce type de plan et reste très général sur la mise en œuvre des actions proposées. Ceci est d’autant plus dommageable que le diagnostic montrait que l’équipe éducative était en détresse, le bâtiment vétuste et les élèves en difficulté. Elle insiste pour que les points proposés soient adaptés aux difficultés particulières de l’école et qu’un suivi soit effectué pour déterminer ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas pour permettre une adaptation plus opérationnelle dans le futur.

Zoé Genot demande également que la commune, en tant que pouvoir organisateur, mette des moyens humains et financiers à disposition de l’école pour qu’elle puisse atteindre ses objectifs.

Suite à la réponse de l’Échevin qui nous indique que les documents sont déjà un peu anciens et n’ont pas été actualisés, Cécile Verbeeren demande à avoir accès aux indicateurs récents pour se faire une idée précise et pour que le contrôle démocratique sur ces documents puisse se faire de manière adéquate. Par ailleurs, en tant que professeure, elle s’étonne effectivement du côté « standardisé » du plan proposé et se demande si l’équipe éducative s’est vraiment vu offrir l’occasion de s’investir dans sa rédaction.

Cécile Verbeeren souligne le besoin pour les enseignants d’être soutenus dans leur travail pour les garder motivés et au travail.

5. Tests salivaires COVID

Le Collège informe avoir effectué des tests salivaires dans une crèche à ses propres frais. Par ailleurs, le Bourgmestre explique qu’il entend étendre ce dépistage à un rythme hebdomadaire pour les crèches et les écoles jusqu’à la fin juin.

Zoé Genot intervient pour demander si les résultats sont bien exclusivement communiqués au personnel et quel est le plan financier envisagé. Si le Collège donne des précisions sur la procédure qui sera suivie (le jeudi dans les crèches, le vendredi dans les écoles), il ne répond pas à la question spécifique de la communication des résultats ni à celle du coût global envisagé pour ces tests.

Share This