Interpellation de Pascal Lemaire en vue du Conseild u 19 octobre 2022

Récemment nous avons appris la fermeture prochaine de plusieurs commerces dans le quartier nord. En se promenant dans les diverses artères de la commune nous constatons également l’existence de nombreuses cellules commerciales vides. Pire encore, rien ne semble indiquer leurs prochains redéveloppements. Des rues comme le tronçon de la chaussée de Louvain entre Madou et la place Saint-Josse offrent ainsi depuis des mois, des années même un triste visage, comme le rappelait encore il y à près d’un an mon collègue Frédéric Roekens. La crise Covid et l’actuelle crise de l’énergie sont évidemment des facteurs qui ont pesé et expliquent sans doute pour partie cette situation mais cela ne doit pas empêcher nos autorités communales d’agir pour rendre vie aux commerces tennoodois. Afin de mieux cerner l’ampleur de la problématique et de mieux discerner les contours de votre action, je souhaiterais donc savoir: 

– Depuis 2018, combien y a t il eu de fermetures d’établissements de commerce sur le territoire communal, par catégorie d’activité? Et d’ouvertures de nouvelles enseignes? 

– Depuis 2018, et par année, quelles superficies sont dédiées aux commerces sur notre territoire? 

– A l’heure actuelle, combien de cellules commerciales vides sont recensées sur notre territoire? Quel pourcentage du total des cellules disponibles sur notre territoire cela représente-t-il? 

– La commune a-t-elle défini un ratio optimal entre les différents types de commerces afin de promouvoir une offre commerciale diversifiée et de qualité aux tennoodois? – Quelles actions la commune met- elle en œuvre pour attirer de nouveaux commerçants et ainsi revitaliser le commerce dans nos quartiers? 

– Dans le cas tout à fait spécifique des commerces implantés dans et autour du passage Rogier, dont on sait qu’ils sont amenés à vider les lieux d’ici quelques mois, un plan particulier d’accompagnement a t il été prévu pour leur permettre de poursuivre leurs activités dans le quartier? 

En vous remerciant d’avance, 

Pascal Lemaire

Les réponses du Collège dans les échos du Conseil

Share This