Interpellation de Malika Mhadi en vue du Conseil du 19 octobre 2022

La présente interpellation fait suite à mon interpellation  »Verdurisons le béton dans nos écoles’ présentée lors du conseil du 24 Novembre 2021, qui portait sur l’appel à projets de végétalisation des cours de récréations scolaires émis par Mr Alain Maron, ministre de l’environnement, de la santé et de la transition écologique.
Pour rappel, le budget alors alloué était de 5millions d’euros. Cet appel visait particulièrement les écoles en zone densément peuplées et bâties, ce qui est particulièrement le cas des écoles de saint Josse. Malheureusement aucune de nos écoles n’avait participé, le collège n’ayant pas relayé l’information aux directions laissant ainsi filer un soutien de maximum 300 000 euros par cour de récréation et un accompagnement technique et pédagogique offert par Bruxelles environnement!
Au vu des réponses apportées en novembre dernier, on ne peut que constater que le collège semble ne pas bien percevoir l’importance des enjeux associés à ces espaces multifonctionnels, fréquentés plusieurs fois par jour et sur de longues années. Notre demande de verdurisation n’était donc pas une simple question de décoration sans aucune utilité pour les enfant. La végétalisation des cours de récréations est en effet aujourd’hui un enjeu important contribuant au bien être et au développement humain, social et psychique de la communauté scolaire mais aussi des quartiers qui entourent les écoles tout en étant plus globalement considérée comme une réelle opportunité environnementale contre l’extinction de la biodiversité, l’artificialisation des sols en milieu urbain et la lutte contre les îlots de chaleur ou les inondations.
En outre, la récréation n’existe pas par hasard, c’est un moment essentiel et privilégié pour que l’enfant se détende, se ressource, crée, joue, s’exprime librement, apprenne à interagir avec ses pairs. La cour de récréation et la période de pause qui y est associée est donc formative à différents titres. L’aménagement d’un tel système à dynamique propre, riche et complexe ne peut être appréhendé que si on arrive à accéder à une compréhension d’ensemble de tous les éléments et les relations qui le composent et justement afin de mettre en exergue tous les enjeux qui y sont liés de façon à favoriser l’apprentissage des liens sociaux, le vivre ensemble, l’appréhension collective d’un espace commun, citoyenneté, créativité, jeux, expression, ressourcement, découverte, activité physique, sécurité….

La Fédération Wallonie Bruxelles, consciente de l’importance du temps passé dans la cour de récréation, a lancé cet été un autre appel à projet visant à améliorer le vivre ensemble dans cet espace particulier, via la circulaire 8696 publiée le 26/8/2022, « Appel à projets 2022-2023 à destination des écoles : Accompagnement à la transition vers une cour de récréation partagée ».

L’objectif de cette initiative est le soutien et le développement de projets portant sur l’accompagnement à la transition vers une cour de récréation partagée (genre,handicap …) dans les écoles fondamentales.

Le projet prévoit qu’un budget de maximum 10.000€ sera alloué à chaque établissement scolaire bénéficiaire de l’accompagnement pédagogique par un opérateur externe en vue de l’acquisition et l’installation de matériel inclusif, du marquage au sol ou de végétation permettant un réel partage des cours de récréations, et donc une mise en œuvre effective de son projet pédagogique.
En parallèle et dans les limites du budget disponible, une subvention par établissement scolaire pourra être octroyée à chaque opérateur sélectionné par le jury de l’appel à projets.
Rappelons également que l’appel à projets stipule, entre autres conditions, que la demande formulée par l’école doit être issue d’un processus de co-construction avec tous les acteurs de l’établissement (élèves, parents, personnel, direction, PO, CPMS, PSE,….)
La date limite pour introduire une telle demande de subside était fixée au 15 octobre 2022. Saint Josse sera-t-elle présente au rendez-vous ou laissera-t-elle passer l’opportunité?
Concrètement mes questions sont donc:

1/ La commune a-t-elle relayé l’appel à projets vers les écoles ? Si , pourquoi? Si Oui
2/ a-t-elle reçu des retours des écoles indiquant la volonté de participer à l’appel?
3/ Si c’est le caspourriez-vous nous donner les noms des écoles qui participent ainsi que les
opérateurs candidat?
4/ Si cela ne fut pas le cas,Pourquoi ?

Les (demi-) réponses du Collège dans les échos du conseil du 19 octobre 2022

Share This